Les Hospitaliers vu de l’interieur par Philip
Article mis en ligne le 5 novembre 2015

par LTC007
logo imprimer

Si vous ne savez pas quoi faire pour le 1er novembre, 6 coureurs du Le Teil Court, Sandrine, Christine, Jean-Claude, Jean-Luc, Damien et Philip vous proposent une petite ballade !!!
Nous avions le choix entre une course médiatique, avec les grosses pointures du trail et le suivi Gps live, avec les Templiers partant depuis quelques années de Millau et une course tout aussi belle mais à échelle humaine, les Hospitaliers partant comme autrefois du petit village de Nant.
Retour aux sources a été le choix à l’unanimité.
Arrivée le samedi à Nant, Aveyron, en début d’après midi, nous avons été retenus par les départs des 2 premières courses du we, la Nantaise, 14km et Larzac-Dourbies, 29km, nous avons déposé nos sacs au Roc Nantais et cherché immédiatement un resto pour déjeuner. Pas facile à 15h mais on a eu de la chance !!
Le soleil est présent mais timide, un petit vent frais nous oblige à nous couvrir un peu.
Passage par le retrait des dossards dans une ancienne église avec vente de produits du terroir et retour en chambre.
De nouveau à l’église, non pas pour prier pour le lendemain, mais pour assister à une conférence sur les principales douleurs du coureurs présentée par une kiné. Si l’ambiance est joyeuse, l’inquiétude est perceptible, on souhaite tous n’avoir aucune de ces douleurs demain pendant la course.
Fin de la première journée et place à la pasta party avant de s’enfermer religieusement dans nos chambres respectives, en priant cette fois, pour que le sommeil vienne vite.
Réveil à 3h du mat, rdv au petit déjeuner en salle à 3h30 et puis dans le sas de départ pour 4h45. Il fait frais, de la brume, la traditionnelle photo d’avant course, on nous annonce une très belle journée.....je parle bien sûr de la météo !! Car pour le reste, on verra au fil des heures.
Le coup de feu retenti et nous y allons. Le départ est très prudent, 3 groupes de 2 se forment naturellement et nous cheminons dans l’ambiance brumeuse de cette fin de nuit. Au sommet de la première bosse, à Comberedonde, le ciel à l’horizon nous offre un spectacle époustouflant, un dégradé de couleur qui vous laisse sans voix et que seuls les amoureux de "l’esprit trail" peuvent apprécier.
À Sauclières km16, le groupe s’est déjà reformé et tout semble aller pour le mieux. Hydratation, remplissage des gourdes et soins podologiques pour prévenir les premiers frottements. La descente sur Saint-Jean-du-Bruel est amorcée, km22, premier pointage, la terrible montée du Saint Guiral commence maintenant. Nous comprendrons par la suite que la difficulté du parcours ne se situe pas du tout là. La première partie se passe en forêt avec de magnifiques couleurs d’automne, c’est un plaisir de parcourir ces chemins, on ne se rend pas compte des km parcourus presque sans effort.
La croix des prisonniers, km 26, est le deuxième ravito. Le groupe se reforme pour la dernière fois. Quelques douleurs inquiétantes apparaissent, le genre de douleurs qui peuvent hypothéquer grandement l’issue de la course et qui obligent à voir apparaître d’autres stratégies de course. Néanmoins notre volonté et notre ténacité est sans faille, l’objectif reste le même, terminer. C’est la partie la plus longue sans assistance, 17km environ, passant par le point culminant du parcours et le Saint Guiral (on reviendra pour prendre la photo du sommet !). L’ascension se fait sans grande difficulté, la descente se fait prudente à cause des feuilles tombées au sol. Encore quelques km et Dourbies, premier ravito solide et deuxième pointage, nous accueille. L’ambiance est extraordinaire, les gens sont dehors et nous encourage, on se sent porter par une force extérieure et cela nous remplit d’émotion. Je vous conseille la soupe aux cèpes !!!
Nous repartons, Damien et moi, en direction de Trèves 10 km plus loin, nous avons perdu le reste du groupe. Une montée, courte mais raide, suivie d’une descente avec des cordes nous emmènent donc à Trèves, troisième point de contrôle. Tout se passe bien, l’ambiance toujours aussi bonne sur le bord des routes, des accompagnants nous proposent même de déguster une bière !! les bénévoles d’une gentillesse....8h19 de course et 55km de parcouru. C’est là que les choses se compliquent, 13km nous séparent de Cantobre et ses fameuses crêpes, les premiers km se passent plutôt bien mais l’ascension exposée au soleil fait mal. Un regain d’optimisme face aux 20 derniers km me fait vite déchanter, Damien plus en forme passe dans la montée vers le km 60 et je ne le reverrai plus. Il me faudra bien 6km pour passer ce coup de moins bien, et déjouer les pièges de la descente sur Cantobre, très joli village perché, qui nous oblige à un dernier coup de cul pour déguster ses crêpes !!! C’est le quatrième check-point, km68 et 11h19 de course pour moi. Encore une montée, celle du Roc Nantais et la descente vers Nant nous tend les bras. Il faut que la fin du parcours soit la plus agréable possible, et pour ça, un ravitaillement s’impose. Je ne sais pas ce qui m’attend, l’agilité n’est plus ce qu’elle était et le temps passe, l’incertitude me gagne, l’état de fraîcheur pour aborder la dernière descente est incertaine. Une chose après l’autre, d’abord la montée un peu raide mais courte suivie d’un faux plat montant où il est possible de se remettre à courir et c’est ce que je fait. Ça y est ça revient, je le sens, les jambes répondent, les appuis sont sécurisés, le plaisir prend le dessus et à nouveau je profite de la chance qui nous avons d’être là. Au sommet du Roc Nantais le soleil tend vers l’horizon et on aperçoit Nant en contrebas, l’émotion est présente, c’est une satisfaction d’arriver au bout, un défi de plus relevé. Une descente très agréable pour qui a encore des quadriceps !! C’est le cas et je me fait plaisir, à mon rythme. A quelques centaines de mètres Damien est là pour m’accueillir, cela me fait énormément plaisir de le voir et de savoir qu’il a pu finir dans d’excellents conditions. Après un bon ravitaillement, une bonne douche, des vêtements bien chauds, nous partons à la rencontre tout d’abord de Sandrine et Jean-Claude, puis de Christine. L’arrivée plus tardive de Jean-Luc nous aura permis de boire 1 ou 2 bières d’avance !!!
Au final, 6 au départ et 6 à l’arrivée, cela ne pouvait pas se passer autrement.
Damien 12h24
Philip 12h46
Sandrine et Jean-Claude 13h42
Christine 13h55
Jean-Luc 15h43 avec un grand bravo pour avoir continué malgré ses douleurs qui ne l’ont pas quitté pendant plus de 40km. La volonté et l’abnégation ont permis d’arriver au bout d’une épreuve qui n’est pas à la portée de tous (60 abondons). Quand l’esprit veut, le corps veut.
J’espère, aux travers de mes récits, vous donner envie de participer à ce genre de course et de vous surpasser. Je suis fier de faire parti de ce groupe si soudé, qui s’agrandit petit à petit et qui recherche la convivialité, le plaisir, le dépassement de soi et l’amitié avant tout.









Forum
Répondre à cet article
Les Hospitaliers vu de l’interieur par Philip
HARDY Jean-Luc - le 6 novembre 2015

bravo mon fifi
joli resumé
A+

Dans la même rubrique

0 | 5

Alba la Romaine
le 4 juillet 2016
par LTC007
Trail de Gigondas
le 4 juillet 2016
par LTC007
Marathon du Mont Blanc
le 4 juillet 2016
par LTC007
24 h du Castellet Velo
le 27 juin 2016
par LTC007
la RocheRude
le 27 juin 2016
par LTC007

Événements à venir



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.37